Recevoir la Newsletter
Écouter l'extrait

Petite Princesse du Silence

Paru le : 01/12/2019

Des mois que Jean-Louis s’était réfugié dans le silence, devenu pour lui la seule réponse possible au chaos assourdissant du monde, à la bêtise humaine.
Alors qu’il se trouvait dans un bar à Paris, les souvenirs mélancoliques d’un vieillard évoquèrent une jeune fille, Hinnya, rencontrée des années plus tôt, qui ne parlait jamais mais dont le chant pénétrait au plus profond des âmes.
Son chant entra dans le crâne de Jean-Louis. La petite inconnue grandit en lui, il se mit à la rêver et à désespérer de la perdre.
Du jour au lendemain, il abandonna tout pour partir à sa recherche dans un village au Mali.

Poème philosophique en prose, Petite Princesse du Silence est à la fois une ode au silence et une quête de soi.
Le silence comme réponse au bruit insensé du monde.
Le silence d’avant le lever du rideau. Instant suspendu où une histoire différente peut encore être racontée.
Mais un silence non stérile auquel le personnage principal cherche à donner sens, et pour lequel il entreprendra un long voyage vers l’Afrique à la recherche de son écho féminin.

La première fois qu’il avait entendu parler d’elle, c’était dans un bar, à Paris. Souvenir bruyant. Demis Roussos était enfermé dans d’encombrantes et crachotantes enceintes Hi-Fi, coincées au-dessus du comptoir entre bouteilles d’alcool et sirops fluorescents. Une pendule électronique affichait une heure du matin à côté des cacahuètes. Rain and tears s’étirait en longueur et un vieillard épongeait sur le zinc, la tête piteusement plongée en avant. Ses lèvres ne décollaient de son verre que pour exiger le suivant sans délai.
Jean-Louis le mirait de l’autre bout du comptoir. Il s’y était installé une demi-heure plus tôt. À force de verres le vieillard devenait tout à la fois plus bavard et plus lent, adressant ses propos à la tireuse à bière qui lui faisait face. Son visage de dentelle noire et cuivre demeurait presque immobile.
« J’ai connu au pays une jeune fille qui ne parlait jamais. Ses parents étaient muets. Elle non, pourtant. Elle chantait, et divinement ! Je l’ai vue, souvent, inlassable sur le chemin du puits. Elle posait sur les gens son regard serein, lointain, qui pénétrait au plus profond des âmes. Elle était belle comme le jour, comme un jour de paix. Elle s’appelait Hinnya. Elle avait sept ou huit ans…
À chaque fois qu’il disait « elle », ses mains esquissaient un mouvement d’ouverture en direction du ciel.
— Un jour, je me suis caché, pas loin du puits. Elle allait et venait, elle chantait, à chaque passage une chanson différente. Une ou deux minutes, elle restait assise à côté du puits. C’était le paradis. »
Il pleura, longtemps, ajoutant quelques phrases rachitiques qui mentionnaient un village au Mali, le plus proche de Mopti.
Jean-Louis n’avait pas adressé la parole à ce pauvre homme mais sa tristesse l’avait profondément éprouvé. Comme pour éviter un détour sur le chemin du puits, raccourci des mélodies, la petite inconnue était entrée aussi dans son crâne fendu. Elle chantait en lui maintenant, trottant, un seau multicolore sur la tête. Et elle grandissait. Jean-Louis la perdait. Une série de corps abstraits, de plus en plus démesurés, gracieux et tourmentés, des visages stupéfiants de densité, stylisés en mouvements, se succédaient, s’épurant en masques africains d’une féminité prodigieuse.

Prix : 5 Crédits - 4,69 € *
Prix : 1 Crédit - 0,99 € *
MP3
PDF
Epub
Mobi
 
Cliquez sur l'icône pour sélectionner votre format.
* GRATUIT SI C'EST VOTRE PREMIER TITRE.
De : EmRabu
Magnifiquement écrit et lu ! Un "Silence" que la poésie du texte éclaire...
1 personne(s) sur 1 a trouvé ce commentaire utile.
Un texte qui transporte le lecteur
De : Alouqua
Je dis souvent que j’aime le silence, sans réellement en connaître la raison, mais j’aime me retrouver sans aucuns bruits autour de moi, pas tout le temps, mais cela m’arrive régulièrement. Après avoir écouté ce texte de Thomas Pourchayre, je vois le silence différemment. J’ai l’impression d’entendre le silence. J’ai tenté une expérience ce matin-même, cette fois, en faisant réellement attention au bruit, ensuite au silence. Après cela, le bruit est revenu et me semblait encore plus fort que précédemment, voir asourdissant. Ce fut impressionnant ! Mais revenons-en au texte de Thomas Pourchayre ???? Ce récit, je l’ai trouvé très poétique, subtil et beau. Lorsque je termine une écoute d’une parution de chez 15K éditions, j’aime retourner sur le site et découvrir les coulisses. Nous y trouvons une partie consacrée à l’auteur et son texte, mais également une partie où la personne qui nous lit le texte donne son ressenti. Je trouve que c’est intéréssant de découvrir les coulisses après une écoute, ce que j’aime dans ce petit rituel c’est principalement de découvrir que mon ressenti est le bon ou que je me trompe, mais aussi découvrir comment l’auteur en est arrivé à écrire ce texte, comment la personne derrière le micro c’est préparée pour ce même texte. La plupart du temps, je suis assez proche de ce que je peux lire dans la section des coulisses et c’est cela que j’aime, savoir qu’au final, l’auteur a réussi à ce que je ressente ce qu’il ou elle voulait faire passer dans son récit. Petite Princesse du Silence est un beau texte, comme je le dis plus haut, il m’a transportée tellement loin que j’ai été étonnée d’entendre le jingle de fin, je me sentais bien et en osmose avec ce que j’écoutais. Ce texte, il faut l’écouter et non le lire, je pense que les émotions sont encore plus fortes de cette manière et que vous l’apprécierez encore plus à l’écoute.
1 personne(s) sur 1 a trouvé ce commentaire utile.
Bravo
De : Colline
Très belle histoire, poétique, douce et attachante. Le récit est prenant et très joliment interprété. Seul regret : ce jingle de fin qui me rappela que le rideau s’était baissé déjà, l’histoire racontée…
1 personne(s) sur 1 a trouvé ce commentaire utile.
DÉCOUVREZ D’AUTRES HISTOIRES COURTES à écouter… et à lire
FAQ - CGV - Mentions Légales - Ressources développeurs - Crédits

©2018 Copyrights - All Rights Reserved