Recevoir la Newsletter
Écouter l'extrait

Jean-Bruno ou les mensonges nécessaires

Lu par : Régis Péjus
Paru le : 01/10/2018

L’été à Noirmoutier, Jean-Bruno, le Hells Angels, ceinture noire de karaté, et David, le savant, l’admirateur d’Archimède et de son Arénaire ne se quittaient pas. Leur surprenante et indéfectible amitié s’était scellée devant un feu de camp sur la plage de la Guérinière à parler du Cosmos et de l’infini.

Plusieurs décennies plus tard, David se souvient de leurs instants partagés, jusqu’à cet après-midi d’août 1983 où il apprend la tragique nouvelle.

Avec Jean-Bruno ou les mensonges nécessaires, Thierry Chanson nous offre un texte touchant sur l’amitié.
Une amitié improbable et pourtant indéfectible qui donne à réfléchir sur ces sacro-saintes apparences auxquelles nous nous attachons pour juger l’autre, ces a priori qui souvent nous empêchent d’aller à sa rencontre nous privant par là-même de ce qu’il a de précieux à nous offrir.

Thierry Chanson écrit sans fioritures et laisse une grande part à l’expression de ses personnages.

C’est en général à ce moment-là qu’arrivait Jean. Il s’appelait en réalité Jean-Bruno et tout le monde l’appelait Nano, mais moi, je l’ai toujours appelé Jean, sans que je me rappelle pourquoi. « Allez M. Gourion, laissez-le partir ! On est tous à la plage ! C’est les vacances ! On n’est pas là pour travailler ! » Mon père lui répondait en souriant : « I’ fout déjà rien de l’année ! i’ faut bien qu’i’ travaille un peu ! — Pourquoi vous dites ça ? i’ va à l’école ! — Tu parles ! tu crois que c’est du travail l’école ! L’école c’est la vie de château ! I’ veut pas me croire quand je lui dis que c’est la vie de château, mais il s’en rendra vite compte quand il faudra vraiment qu’il travaille. La vie active c’est vraiment autre chose. »

Jean était insistant et se permettait même d’embêter mon père pour qu’il me laisse partir. Et, chose assez incroyable, mon père lui cédait de temps à autre. Il faut dire que Jean aimait bien mon père, il ne le voyait pas du tout comme un monstre. Un jour, Jean lui demanda : « Vous avez fait beaucoup de musculation quand vous étiez jeune ? — Non, jamais, répondit mon père. — Alors, comment ça se fait que vous avez des biceps aussi gros ? — J’en sais rien, le travail sans doute. — Vous avez pas fait de la natation, ou un truc de ce genre, pour avoir des épaules pareilles ? — De la natation, oui. — En piscine ? — Non, à la mer, en Algérie. »

Jean était ceinture noire de karaté, il était très fort et passait au moins une heure par jour à faire de la musculation. « Putain, j’ai l’air d’un gringalet à côté de ton père. J’aimerais pas qu’i’ me foute une mandale. I’ me péterait toutes les dents ! C’est drôle David que tu ressembles pas à ton père, même un tout petit peu ! Tu devrais essayer de lui voler un peu de muscles, ça t’aiderait pour te trouver une gonzesse ! »

Prix : 5 Crédits - 4,69 € *
Prix : 1 Crédit - 0,99 € *
MP3
PDF
Epub
Mobi
 
Cliquez sur l'icône pour sélectionner votre format.
* GRATUIT SI C'EST VOTRE PREMIER TITRE.
Soyez le premier à laisser un commentaire. Rendez-vous dans votre bibliothèque.
DÉCOUVREZ D’AUTRES HISTOIRES COURTES à écouter… et à lire
FAQ - CGV - Mentions Légales - Ressources développeurs - Crédits

©2018 Copyrights - All Rights Reserved