Recevoir la Newsletter
Écouter l'extrait

De cristal et d’eau

Paru le : 01/12/2018

Par une nuit d’août 1625, Dolores traverse la ville de Tolède en courant.
La jeune fille est en danger.
Une mystérieuse disparition de bijoux, dont la jeune servante est accusée s’est produite chez sa maîtresse, la Marquise.

Dolores vient chercher de l’aide auprès de sa sœur et de son oncle lequel croit en la magie d’un tableau pour la sauver.

Dans ce conte à la réalité menaçante, où l’Inquisition rôde, où le puissant a tout pouvoir sur le faible, Françoise Cohen fait surgir de l’apparition du tableau du Greco, Vue de Tolède, la lumière, et avec elle la révélation d’une échappée.
La beauté d’un chef-d’œuvre, à qui sait la recevoir, possèderait ce pouvoir magique de transformer la réalité et de gommer les infortunes.

De cristal et d’eau est une histoire empreinte de poésie et de mystère. Une invitation à croire en l’heureuse existence d’un refuge pour chacun de l’autre côté de la toile.

Tout en lustrant la robe des chevaux, Diego, qui aimait donner un coup de main à son ami le palefrenier, rêvait. Il pensait à la demeure de Don Pedro Salazar de Mendoza où il avait conduit hier la Marquise. Ce n’étaient pas les belles maisons qui l’impressionnaient, il en avait vu des quantités au cours de sa vie de cocher. En attendant sa maîtresse, on le faisait souvent passer à la cuisine où il discutait avec les laquais et pouvait se désaltérer. Cette fois-ci encore, il avait été bien accueilli, mais avait vécu une expérience nouvelle et perturbante. La configuration de la maison était telle qu’il avait pu observer depuis le tabouret où il était assis à l’office, au bout du couloir, un étrange tableau qui ornait le mur du salon. C’était un paysage, où il crut reconnaître Tolède, avec l’Alcazar et la cathédrale. Oui, pas de doute, c’était sa ville. Pourtant, tout en présentant les mêmes repères topographiques, elle se distinguait d’elle. C’était plutôt une ville rêvée, faite de cristal et d’eau ; le cocher ne savait pas comment se l’expliquer, il n’avait pas à sa disposition les mots nécessaires. Son regard resta attaché à la toile. Les nuages du ciel d’orage semblaient de pierre et distillaient non pas l’obscurité mais la lumière. Comment était-ce possible ? Il était tellement fasciné qu’il en oublia toute notion de politesse.
— Eh, l’ami, tu veux plus nous causer ? demanda l’un des laquais, étonné.
— Pardonnez-moi, qu’est-ce donc que ce magnifique tableau ?
— Ah, celui du Grec ? le Maître en fait grand cas, il dit qu’il est « magique ». Moi, je n’entends rien à l’art.
Diego sentit que c’était cela le mot, magique. Dès ce moment-là, tout fut différent pour lui.

Prix : 5 Crédits - 4,69 € *
Prix : 1 Crédit - 0,99 € *
MP3
PDF
Epub
Mobi
 
Cliquez sur l'icône pour sélectionner votre format.
* GRATUIT SI C'EST VOTRE PREMIER TITRE.
Un récit plein de magie
De : Alouqua
Un récit plein de magie et de mystère, voilà qui résume finalement assez bien cette parution de Françoise Cohen. Cet effet de magie et de mystère, vous ne l’aurez pas dans les débuts du récit qui est plutôt d’apparence bien réelle, mais par la suite, cet effet arrive petit à petit. J’ai adoré me laisser prendre au jeu et ne pas voir venir la chute de l’histoire. Pour le début, bien réel, Dolores fera battre votre coeur, vous aurez peur en même temps qu’elle, et vous aurez envie de crier à l’injustice. Mais dans les années 1600, quelle était la justice pour les plus pauvres devant servir les plus riches afin de pouvoir vivre ? Une époque où même un perroquet semblait avoir plus d’importance qu’une jeune fille ! Malgré tout, même avec cette touche de magie qu’a saupoudrée l’auteure, nous n’avons pas l’impression de partir dans du fantastique, nous avons plutôt tendance à croire que tout est bien réel. C’est là que, pour moi, l’auteure a excellé dans son récit.
DÉCOUVREZ D’AUTRES HISTOIRES COURTES à écouter… et à lire
FAQ - CGV - Mentions Légales - Ressources développeurs - Crédits

©2018 Copyrights - All Rights Reserved